Actualités Business du FC Nantes
Une question ?
NouveauStade_6

Pour un nouveau stade à la Beaujoire

En amont de la rencontre de ce dimanche entre le FC Nantes et le Stade de Reims plusieurs acteurs de l’entourage du club ont pris la parole en conférence de presse afin d’apporter leur appui au projet de nouveau stade à la Beaujoire.

L’objectif du rendez-vous d’aujourd’hui était de faire un point à date sur le projet du nouveau stade et de laisser la parole à des soutiens du projet. La semaine prochaine, le bilan des maîtres d’ouvrage suite à la concertation et au rapport des garants sera rendu public. Les deux garants vont également poursuivre le dialogue avec toutes les parties prenantes du projet pendant que le travail avec les architectes et le bureau d’étude se poursuit.

Si vous aussi vous souhaitez soutenir le nouveau stade à la Beaujoire, vous pouvez nous faire parvenir vos soutiens en écrivant à pourunnouveaustade@fcnantes.com.

Pour ne pas laisser exister la seule parole des opposants et contradicteurs au projet de nouveau stade, Luc Delatour, responsable du projet nouveau stade au FC Nantes, a souhaité exprimer les objectifs et arguments de défenseurs du projet. « Nous avons besoin d’un nouvel outil de travail pour le futur et l’ambition du club. Il y a beaucoup de gens qui croient en ce projet. A nous de leur permettre de s’exprimer. » concluait-il avant de laisser la parole à plusieurs acteurs de l’entourage du club.

 

Maxime BOSSIS, ancien joueur international du FC Nantes et consultant TV
« Quand on m’a sollicité pour donner mon avis, je n’ai pas hésité. Je me suis dit que d’habitude, on ne demandait jamais l’avis des anciens joueurs. Je suis vraiment favorable à la construction d’un stade moderne et neuf. J’ai joué pendant des années à Marcel-Saupin mais le stade est venu vétuste. Le projet de la Beaujoire l’a remplacé et nous sommes venus jouer ici avec nostalgie et excitation.
J’ai eu la chance de participer à l’inauguration du stade de la Beaujoire avec l’équipe de France. La Beaujoire était avant-gardiste. Aujourd’hui en tant que consultant ayant évolué dans beaucoup de stades en Europe, je peux affirmer que ce n’est plus le cas. Aujourd’hui, il y a l’opportunité d’avoir un projet privé qui ne coûte rien à la métropole. Je suis pour la contruction de ce nouveau stade. Je pense que les supporters qui vont regretter la perte du stade de la Beaujoire pourront s’adapter, comme ils l’ont déjà fait lorsque nous avons quitté Marcel-Saupin.
J’ajouterai que le projet de nouveau stade nourrit le projet sportif du club. Un nouveau stade peut faire pencher la balance pour l’arrivée de recrues potentielles au club. »

 

Philippe LAURENT, chef de projet musée du FC Nantes
« Je travaille au FC Nantes depuis plus de 20 ans et j’ai également été joueur du club à un niveau amateur. J’ai vécu des entraînements, des matches, au Grand Blottereau, à Procé, aux Basses Landes, à Marcel-Saupin, et même à La Contrie. Pour moi, le FC Nantes, ce n’est pas la Beaujoire comme je l’entends beaucoup. Pour moi, c’est Marcel-Saupin parce que mon vécu est essentiellement là-bas.
Ces lieux ne sont plus le patrimoine du club, ils ont tellement changé ! Je dirais même que Marcel-Saupin a été défiguré. Pour moi, c’est l’histoire, le palmarès, les trophées qui importent ainsi que la façon dont on va raconter cette histoire.
Le club existe depuis 75 ans. Notre histoire est tellement belle que je ne vois pas comment ne pas l’exposer dans un bel écrin. Pour permettre aux gens de cheminer dans notre histoire, nous avons besoin de concevoir un nouvel espace et cette opportunité nous est donnée par la construction d’un nouveau stade.
J’aime mon entreprise, j’aime mon club et c’est pour cette raison que je veux une nouvelle enceinte à la Beaujoire.  »

 

Patrice RIO, ancien joueur international du FC Nantes
« La conception de la Beaujoire remonte aux années 70, une époque où les clubs et le football n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui. Aujourd’hui, il est nécessaire de franchir un pallier, la Beaujoire n’a pas été pensée de cette façon. J’ai pu constater que le stade n’est plus en accord avec les standards médiatiques et commerciaux. Il lui manque des outils. Ces outils sont nécessaires car ils participent à la vie économique du club. Le stade sera magnifique, l’un des plus beaux de France. Il m’apparaît comme une nécessité de réaliser ce projet de nouveau stade.  »

Richard GUILLAUME, président du club des supporters parisiens du FC Nantes
« Notre club de supporters a 46 ans d’existence. Nous avons une longue histoire avec le FC Nantes. Un supporter aspire à ce que son club progresse dans tous les domaines et pas seulement au niveau sportif. La concertation du nouveau stade a bien eu lieu avec les supporters contrairement à ce que j’ai pu lire. C’était un échange constructif et nos demandes ont été prises en compte dans le projet. Il est normal que le club s’adapte aux nouvelles technologies et infrastructures.
Le nouveau stade apportera plus de confort aux supporters et cela me paraît très important. Je pense à des choses aussi simples que l’accès PMR ou la configuration des toilettes du stade.
J’ai envie d’un nouvel espace où le musée aura une place importante. Le stade appartiendra au FC Nantes ce qui, en tant que supporter, me fait plaisir.
Les transitions sont dures, la nostalgie est là lors d’un changement de stade mais c’est toujours pour le mieux. Le nouveau stade n’accueillera pas seulement le FC Nantes mais aussi des événements d’importance mondiale comme la Coupe du Monde de rugby ou les Jeux Olympiques, ce qui n’est pas possible aujourd’hui. »

 

Philippe PLANTIVE, président de Proginov et partenaire du FC Nantes
« Je prends la parole aujourd’hui en tant que partenaire du FC Nantes mais aussi en tant qu’élu local de ma commune. J’ai eu le bonheur de suivre notre club sportivement mais aussi sur d’autres aspects commerciaux. Les espaces réceptifs de la Beaujoire sont un peu étriqués et pas toujours optimisés. On ne critique pas ces difficultés parce qu’on pense du bien du club et que l’on souhaite le soutenir dans sa croissance. Un nouveau stade nous permettra d’accéder à d’autres standards.
Avec mon regard d’élu, je pense qu’avec l’apport de fonds privés, on peut réaliser de très belles choses. La rénovation de la Beaujoire sur fonds publics serait extrêmement onéreuse pour une population d’amateurs de football plutôt restreinte par rapport à la population de la métropole nantaise. La création d’un nouveau stade avec des fonds privés est une réelle opportunité. »

 

Eric CHEVRIER, directeur commercial du FC Nantes
« Le stade de la Beaujoire a été imaginé il y a une quarantaine d’années. On ne peut pas reprocher à la Beaujoire d’être ce quelle est puisqu’elle a été pensée dans une autre logique que celle qui est la nôtre aujourd’hui.
Au fil des ans, nous avons repensé certains espaces mais la Beaujoire présente aujourd’hui des insuffisances. Sur un plan quantitatif, nous pouvons accueillir aujourd’hui un millier de personnes dans nos espaces réceptifs, ce qui représente environ 3% de la capacité du stade. A titre de comparaison, le H peut en accueillir 1200 dans une salle d’environ 5000 personnes, soit 22%. Dans les autres stade, ce ratio est d’environ 10%. Nous sommes loin du compte.
Nous n’avons pas l’outil qui convient aujourd’hui. La Beaujoire ne correspond plus aux standards attendus par des producteurs d’événement. On le voit dans les nouveaux stades créés en France qui permettent de proposer un service à la hauteur.
On travaille bien aujourd’hui avec nos partenaires, mais on bricole un peu. Nous ne sommes pas dans le sens du développement des stades actuels. Nous avons réamménagé des choses, mais nous touchons les limites de ce que l’on peut faire à la Beaujoire. Le projet du nouveau stade est une évidence pour l’équipe commerciale du FC Nantes et pour une immense majorité de nos clients entreprises. »

Claude SIMONET, président de la FFF (1994-2005) et ancien dirigeant du FC Nantes
« Je suis partisan de la construction du stade. J’ai joué au FC Nantes à Marcel-Saupin. J’ai aussi été dirigeant à Saupin. J’ai eu la chance dans ma carrière de voir la création de la Beaujoire et du Stade de France.
De ces expériences, j’ai retenu que le bricolage coûte souvent aussi cher que le neuf. La rénovation obligerait un délai assez long de travaux pendant lequel la Beaujoire aurait une capacité restreinte lors des matches. Ce serait non seulement une perte financière pour le club mais cela rendrait les travaux plus compliqués et pourrait présenter un risque de sécurité. Ces éléments-là, purement pragmatiques, m’ont conforté dans l’idée qu’un stade neuf à Nantes est indispensable.
Il faut être reconnaissant du passé mais avoir des yeux toujours tournés vers l’avenir.

 

 

EN SAVOIR PLUS SUR LE PROJET YELLOPARK
Consultez le site internet yellopark.fr>>