Frédéric Floriant : Les salons de La Beaujoire, l’endroit idéal pour créer du lien

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ainsi que votre secteur d’activité, si particulier ? 
Je suis numismate professionnel, expert en billets et monnaies de collection, ainsi qu’en investissement sur l’or et l’argent, depuis 1993. Je suis également Membre du Syndicat National des Experts Numismates et Numismates Professionnels. Cette année est un peu particulière pour la boutique « Au Papier Monnaie », puisque nous fêterons notre 30ème anniversaire. Celle-ci est Installée en haut de la rue de Talensac, rue Jean-Jaurès. 

 

Comment vous est venu cet intérêt pour l’or et les monnaies d’époque ? 
À l’origine, j’étais passionné de monnaies. Collectionneur depuis tout jeune, cette passion m’a été transmise par mon père qui était lui-même numismate. Plus petit, j’ai donc collectionné très rapidement les billets de la Banque de France. Avant de reprendre « Au Papier Monnaie », je travaillais chez Paribas, dans le marché des devises. Et finalement, j’ai eu l’opportunité de venir à Nantes, de racheter « Au Papier Monnaie » en 1993. Comme le disait mon père, j’allais enfin pouvoir vivre de ma passion avec ma boutique. Finalement, c’est un peu comme les footballeurs qui ont la chance de faire de leur passion, leur métier. 

 

D’où vient le nom de « Au Papier Monnaie » ? 
Au moment où j’ai racheté la boutique, elle s’appelait déjà « Au Papier Monnaie ». Pourquoi ne pas l’avoir changé ? Je trouvais que ça symbolisait bien l’esprit. « Papier – Monnaie », comme on collectionne les monnaies et les billets. Finalement, les billets sont du papier monnaie. 

 

Pourquoi avoir franchi le pas vers le Business Club du FC Nantes, il y a plus de vingt-cinq ans maintenant ? 
Passionné de football depuis toujours, sport que j’ai pratiqué durant vingt ans en région parisienne, il m’a paru évident de venir à La Beaujoire lors de mon arrivée à Nantes. Avant de venir ici, je ne connaissais la ville de Nantes que par le ballon rond. J’étais d’ailleurs sous le charme du jeu à la nantaise ! 
Très rapidement, j’ai donc eu la chance de vivre les saisons avec les deux titres de Champion de France (1994-1995 et 2000-2001). C’est d’ailleurs sur cette saison 1994-1995, que j’ai intégré le Business Club du FC Nantes. Néo-nantais, je ne connaissais personne dans la région et les salons de La Beaujoire étaient l’endroit idéal pour créer du lien, rencontrer mes premiers partenaires professionnels.  

 

En quoi consiste votre partenariat actuel avec le Club et avec qui partagez-vous ces moments au Stade de La Beaujoire ? 
Aujourd’hui, nous possédons deux places au cœur du Salon Premium du Stade de La Beaujoire. Ça nous permet ainsi de faire bénéficier à nos clients, une prestation haute gamme et un véritable moment d’exception. Très convivial, ce salon nous permet d’échanger facilement avec d’autres partenaires du Club durant la prestation dont nous bénéficions (avant-match, mi-temps et après-match). 

 

Quels sont les retours que vous pouvez avoir sur cette expérience, qui perdure depuis toutes ces années ? 
Les retours sont toujours positifs, surtout que durant les rencontres, nos places se situent juste au-dessus des remplaçants. Nous vivons les matches à fond, avec ce côté intimiste près du groupe professionnel. Lors de la dernière journée devant l’AJ Auxerre, j’ai invité un client qui n’en revenait pas de pouvoir être aussi proche des joueurs, du staff, tout en écoutant leurs réactions durant la partie, selon les faits de jeu. 

 

La Ligue 1 Uber Eats a repris ses droits avec notamment, un succès important lors de la dernière journée devant l’AJ Auxerre !  
Cette victoire fait beaucoup de bien au moral et au classement, c’est certain ! La première partie de saison a été compliquée en Ligue 1 et on avait du mal à retrouver notre efficacité devant le but. Et pour engranger des points, il faut trouver le chemin des filets. J’espère que l’équipe se projettera un peu plus vers l’avant par la suite. Mais j’ai confiance, avec un groupe homogène et un banc des remplaçants intéressant. Le but de Marcus Coco dimanche dernier en est la preuve. 


 
FC Nantes – Olympique Lyonnais, c’est une grosse affiche de notre championnat. Quelle est la clé selon vous, pour une belle performance ?  
Cette rencontre, c’est aussi l’occasion de revoir Laurent Blanc sur le banc d’un club français. Je suis persuadé que les Jaune et Vert auront à cœur de prendre trois points afin d’entamer une série positive, face à un adversaire qui vient de se faire piéger à la maison par le Clermont Foot 63 (0-1).  


 
Le FC Nantes, saison 22-23, c’est aussi synonyme d’Europe. Et l’aventure va se poursuivre, dans les prochaines semaines avec un choc de prestige devant la Juventus FC ! 
La Coupe d’Europe est de retour à Nantes pour cette saison et ce retour aura été gagnant ! Pour cette aventure européenne, j’avais pris deux places dans la « President Box » et je me souviendrai toujours de la réaction de M. Waldemar Kita lors du but d’Evann Guessand en toute fin de partie face à l’Olympiakos FC (2-1, 90+3’ – J1, Groupe D). Il a été très expressif pour son premier match européen, c’était très fort ! L’ambiance en Coupe d’Europe est si particulière à La Beaujoire, c’est incroyable. Maintenant, oui, il y a ce duel devant la Juventus. On rêvait de cette affiche, on l’a. Il faudra que l’équipe donne son maximum sur cette double confrontation.  
 

Propos recueillis par M.G 

 
Plus d’infos… 
www.aupapiermonnaie.fr 

Partenaires principaux
Partenaires officiels